Résorption du bidonville Truillot à Ivry-sur-Seine et du squat de la « Merguezerie » : accompagner des popu-lations Roms marginalisées vers l’accès au droit commun

Porteur : ALTERALIA

Localisation : Ivry-Sur-Seine

Action : Accompagnement socio-professionnel de familles sortants de bidonvilles
Calendrier : Avril 2017 à Avril 2019

Coût total :  532 888,50 € TTC

Autofinancement : 266 444,25 € TTC soit 50% du CT

Depuis 2015, la mobilisation conjointe de l’Etat, du Conseil Départemental et de la Ville d’Ivry-sur-Seine, a permis de faire émerger la synergie et les moyens nécessaires pour engager une sortie pérenne du bidonville Truillot et du squat de la Merguezerie (localisés à Ivry-sur-Seine). En effet, suite aux décisions de justice ordonnant leur évacuation, la question de l’hébergement et de l’accompagnement des familles roms évacuées s’est posée.

 

C’est dans ce cadre qu’un accompagnement vers le logement pour ces familles en situation de grande précarité a été mis en œuvre.

 

Ainsi, ce sont 33 unités familiales issues du bidonville de la rue Truillot, soit 152 personnes, qui ont été accueillies dans des logements transitoires situés sur le territoire d’Ivry-sur-Seine. Ce projet d’hébergement a pu être mené grâce à une volonté partagée et un partenariat entre la ville d’Ivry-sur-Seine, le Conseil départemental et la Région Ile-de-France, qui ont abouti sur la mobilisation de 16 logements transitoires. L’Etat a également livré 10 logements supplémentaires.
Cinq logements de grandes tailles sont partagés, permettant l’accueil de 33 unités familiales sur 26 unités logements (150 personnes).
La famille issue de la Merguezerie (8 personnes) a intégré le projet courant 2018 en plus des 33 premières familles.

 

Pour sortir du processus de marginalisation auquel ces familles roms issues du bidonville sont confrontées, il est nécessaire de mener un accompagnement global vers des dispositifs d’insertion.

 

Ainsi, les familles ont été repérées en amont et accompagnées lorsqu’elles étaient dans le bidonville et dans le squat. Chacune a été rencontrée par l’association pour formuler son projet et pour savoir si ce projet s’inscrivait en France ou sur un projet de retour dans le pays d’origine. C’est ainsi qu’un certain nombre de familles ont pu s’inscrire dans ce programme d’insertion.

 

Aussi, le projet d’accompagnement global de 158 personnes Roms (150 issues du bidonville Truillot et 8 du squat de la Merguezerie ) s’inscrit dans les préconisations de la Circulaire du 26 août 2012 relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites. Il s’inscrit également dans la Stratégie Régionale pour les campements illicites, élaborée par la Préfecture de la Région Ile-de-France en 2015.

 

Les objectifs recherchés pour les 34 familles accompagnées, soit 158 personnes, sont de travailler, scolariser leurs enfants, trouver un logement, en résumé, de « vivre comme tout le monde ».

 

Ainsi, le projet vise à faciliter l’accès au droit commun et l’accès aux droits afin de favoriser l’inclusion sociale de populations marginalisées et migrantes issues de bidonvilles ou de campements illicites.

 

Ce projet vise à lever les freins rendant l’accès aux structures de droit commun difficile, en travaillant sur la connaissance de ces structures, la compréhension des fonctionnements mutuels, la confiance en soi, la construction des parcours. Les actions passerelles proposées visent ainsi l’autonomie, l’accès aux droits et l’accès au droit commun pour ces familles qui vivent en marge du territoire.

 

 

Au terme du projet, les résultats attendus sont les suivants :

 

Accès à la scolarité et au processus d’apprentissage :
– 60 enfants inscrits et intégrés dans le système scolaire – Sur le plan qualitatif : assiduité des enfants à l’école (garçons et filles), participation aux activités périscolaires, projet d’orientation des enfants inscrits au collège.

 

Accès à l’emploi pour Au moins un adulte par ménage (homme ou femme) – Au terme du projet, 34 adultes en emploi (CDI, CDD, CUI).
– Sur le plan qualitatif : élaboration d’un projet professionnel avec l’accès à des formations en français mais aussi des formations qualifiantes.

 

Accès aux soins :
– Accès à une couverture santé et médecin traitant déclaré pour les 34 familles (PUMA, CMU-C, AME).
– Suivi PMI pour tous les enfants de moins de 6 ans, suivi régulier pour les personnes souffrant de pathologies suivies en milieu hospitalier et constitution des dossiers MDPH pour les personnes en situation de handicap.
– Sur le plan qualitatif : les familles sont accompagnées dans une démarche préventive d’accès aux soins (hygiène dentaire, contraception, alimentation…).

 

Accès au logement :

– 34 familles inscrites comme demandeuses de logement.
– Accès au logement de 10 familles au terme du projet
– Sur le plan qualitatif : inscription des familles dans un statut de locataire et travail avec les bailleurs pour lever certaines représentations.

 

Appui à la citoyenneté :
– Election d’un Conseil de la Vie Sociale et tenue de réunions mensuelles.
– Une quinzaine de rencontres avec les élus, les voisins, participation aux temps forts, aux activités organisées sur le territoire et inscription sur les listes électorales.

 

 

Principales actions présentées

 

Le projet consiste à mettre en œuvre un accompagnement global de ces personnes, leur facilitant l’accès au droit commun et l’accès aux droits.

 

L’accompagnement se décline autour de cinq priorités : l’éducation, l’accès à l’emploi, l’accès aux soins, l’accès au logement et la citoyenneté.

 

Appui à la scolarité et à l’apprentissage : Le projet consiste à accompagner les familles, les encourager, trouver des places, pour qu’elles s’inscrivent dans des cours de français. Les parents et les enfants sont accompagnés dans la compréhension et dans leur inscription dans le système scolaire français : inscription des enfants en maternelle pour faciliter l’acquisition des prérequis, suivi régulier de la scolarité à l’école élémentaire et enfin la poursuite de la scolarisation au collège pour les garçons et les filles, dans le respect de l’obligation scolaire jusqu’à 16 ans. Un travailleur social et un médiateur accompagnent les familles dans le fait d’intégrer la nécessité d’une éducation scolaire pour construire l’avenir de leurs enfants.

 

Appui dans l’accès à l’emploi : Les familles sont également accompagnées dans la recherche d’un emploi par la connaissance des organismes de l’activité économique en France (Pôle emploi, mission locale, structures de l’IAE, employeurs, …) ainsi que celle du monde du travail en France et la valorisation de leurs compétences. L’accompagnement consiste à inscrire les personnes accompagnées dans les structures de droit commun tout en les aidant à élaborer leur CV et à apprendre les techniques de recherche d’emploi en France. Avec le soutien d’un chargé d’insertion professionnelle et d’un médiateur, il s’agit de lever les freins, mobiliser les compétences et de les aider à s’inscrire dans le droit commun avec pour finalité la construction d’un parcours permettant l’obtention d’un emploi déclaré.

 

Appui dans l’accès aux soins : L’accès aux soins est un sujet qui préoccupe fortement les familles du fait des problèmes de santé auxquels elles sont confrontées en lien avec leurs conditions de vie et leurs parcours d’errance. Un travailleur social et un médiateur accompagnent les familles pour qu’elles s’inscrivent dans une démarche de prévention grâce à une meilleure connaissance des structures de soins : suivi des grossesses, inscription à la PMI, déclaration d’un médecin traitant, suivi des rendez-vous…

 

Appui dans l’accès au logement : Dès que les conditions sont réunies (droit au séjour), un travailleur social et un médiateur accompagnent les familles dans leurs démarches en lien avec l’accès au logement (notamment l’inscription comme demandeurs de logement). Tout au long du séjour, le gestionnaire et le médiateur accompagnent les familles dans le respect des droits et devoirs du futur locataire : paiement de la redevance, entretien du logement, des parties communes, respect du contrat d’hébergement et du règlement de fonctionnement.

 

La citoyenneté : Les familles sont associées au projet et également accompagnées sur la question de la citoyenneté avec la participation d’un Conseil de la Vie sociale, la rencontre des voisins, la participation aux instances de la vie de l’école, l’inscription sur les listes électorales….

 

Alteralia intervient également auprès de ses partenaires (Pôle emploi, etc.) pour améliorer leurs connaissances de ce public (connaissance des freins, des habitudes culturelles, de leurs parcours…) et faciliter ainsi l’accès au droit commun des familles.

 

 

Calendrier du projet

 

2014 – mars 2017 (phase amont du projet) :
Les familles ont été repérées en amont et accompagnées lorsqu’elles étaient dans le bidonville et le squat. Dans un premier temps, un diagnostic a été effectué par le GIP Habitat et Interventions Sociales. Dans un second temps, chaque famille a été rencontrée par l’association pour formuler son projet et pour savoir si ce projet s’inscrivait en France ou sur un projet de retour dans le pays d’origine. C’est ainsi qu’un certain nombre de familles ont pu s’inscrire dans ce programme d’insertion.

 

Début de l’accompagnement.
15 avril 2017 : Accompagnement de 34 unités familiales, soit 158 personnes.
14 avril 2019 : Fin de la mission d’accompagnement.

nos partenaires